Partie 1

LA SOIE TRADITIONNELLE DE HÀ DÔNG

village-soie-van-phuc2

Je ne sais par quel tuyau Mitsui, Américaine d’origine japonaise de Hawaii, a entendu parler de la soie de Van Phüc. A peine atterrie à Hanoï, introduite par une amie commune, elle m’a prié de l’amener à ce village avec son compagnon de voyage Bob Kraus, colonniste distingué du Honolulu Advertiser. Nous avons été largement récompensés d’une randonnée harassante par ... Lire la suite »

LES MENUISIERS DE LA XUYÊN

Je pourrais imaginer beaucoup de choses inimaginables, au besoin, que notre planète éclaterait au contact d’une étoile égarée d’une autre galaxie. Mais je n’ai jamais pu imaginer ce que vient de m’apprendre un ami du commerce extérieur. « Nous fabriquons des cercueils sculptés en bois précieux. Nous les vendons à l’étranger en même temps que nos tableaux en bois sculptés ... Lire la suite »

LE VILLAGE DES FORGERONS

Avec Agneta et Rolf, deux amis suédois fana de vélo, je pédale de bonne heure de Hanoï à Hà Dông, bourgade paisible à 11 km de la capitale. Nous tournons ensuite à gauche, longeant la rivière Nhuê aux eaux boueuses. Heureusement qu’aucune cheminée d’usine ne trouble le charme bucolique du chemin vicinal qui fait des tours et des détours à ... Lire la suite »

LE VILLAGE DES BOLS

Depuis quelques années, avec l’ouverture des frontières sino- vietnamiennes, la rue Hàm Long de Hanoï est inondée de vaisselle chinoise. Cette rue auparavant si paisible s’est muée en artère commerciale fréquentée par les snobs de la capitale, les provinciaux et quelques étrangers. On vient y acquérir la porcelaine de pacotille du Guangxi qui est bien loin de valoir la fine ... Lire la suite »

UN TRADITIONNEL FACE À L’ÉCONOMIE DE MARCHÉ

Ma première visite à Lê Mât, village fameux pour ses chasseurs et éleveurs de serpents, remonte à trois ans. Ma récente visite à ce village situé à 7 km au nord de Hanoï, dans un district suburbain, m’a stupéfié. A un demi kilomètre de notre destination, avant que nous nous engagions dans le chemin vicinal, notre cyclomoteur (j’étais assis sur ... Lire la suite »

LE VILLAGE DES SERPENTS

hanoi-village-serpent-Le-Mat

Le personnel des ambassades installées à Giang Vo (Hanoï) est loin de se douter que son quartier faisait partie des treize colonies agricoles ou trai1 créées dès le Xle siècle par des paysans venus de l’autre côté du Fleuve Rouge, précisément du village de Lê Mât. Selon la légende, une princesse des Lÿ fut ravie par un monstre aquatique pendant ... Lire la suite »

UN VILLAGE DE LETTRÉS

Dans l’ancien Vietnam, on classait les quatre catégories sociales selon l’ordre prioritaire : lettrés, paysans, artisans, commerçants. Les études étaient honorées pour deux raisons : basées essentiellement sur les humanités confucéennes, elles enseignaient à l’homme l’art de vivre correctement en société. En outre, elles pouvaient conduire au mandarinat, source d’inestimables privilèges. Certains villages tiraient gloire du nombre de leurs lettrés, ... Lire la suite »

CE QUE DIT LE VILLAGE DES PAMPLEMOUSSES

Hanoi-lac-Ouest

Le village Buoi au sud-ouest du lac de l’Ouest (Hô Tây) raconte beaucoup de choses aux Hanoïens d’un certain âge. En réalité, Ke Buoi désignait plutôt une dizaine de villages relevant de plusieurs cantons. Là se situait le confluent d’une rivière dont le colmatage avait donné une bande de terre mamelonnée baptisée Go Ma (Mamelon des fantômes) où on décapitait ... Lire la suite »

SOUVENIRS DU VILLAGE DES CHAPEUSE CONIQUES

Le paysan vietnamien ne peut trouver de meilleur compagnon que le chapeau conique en feuilles pour se défendre contre le soleil incendiaire et les pluies diluviennes des tropiques. Cette coiffure d’une grâce surannée est entrée dans nos romances. Une vieille chanson populaire dit : « Je passe le pont, j’incline mon chapeau conique pour regarder le pont. Autant le pont ... Lire la suite »

LE VILLAGE DES TAM-TAMS

Je n’ai jamais vu un tam-tam aussi grand au Vietnam : 1,80 m de hauteur, diamètre des tympans : 1,60 m, ces derniers étant faits avec les peaux de deux gros buffles. Ce tam-tam sacré, suspendu à une solive de la maison commune n’est descendu qu’à l’occasion des grandes fêtes printanières ou automnales, lors de la procession rituelle. Nous sommes ... Lire la suite »