Partie 1

LA TRADITIONNELLE SAUCE DE SOJA

sauce-soja

“Anh di anh nho que nhà, Nho canh rau muông, nho cà dam tuong’’. (Je pars, ma mie, j’aurai la nostalgie du village natal, Je ne pourrai oublier le bouillon de liseron d’eau ni les aubergines marinées dans la sauce de soja). Cette vieille chanson populaire exprime le mal du pays dont souffrait le paysan vietnamien, casanier par excellence, très ... Lire la suite »

VERMICELLES AUX CRABES DE RIZIÈRE

Dans un restaurant vietnamien, vous pouvez commander plusieurs plats de crabe : pâté de crabe, crabes bouillis, potage aux pointes d’asperge et au crabe, crabe à la sauce aigre-douce, crabes au sel, pâté impérial avec chair de crabe. Tous ces mets font usage des crabes de mer, plutôt “aristo” parce qu’ils coûtent cher. Aucun restaurant ne vous sert des crabes ... Lire la suite »

REPAS-POUSSIÈRE

repas-poussiere-hanoi

Le vocabulaire des Hanoïens, depuis quelques années, s’enrichit d’un nouveau terme : ucom bui” (riz-poussière = repas-poussière). Il s’agit de repas modiques pris dans les bistrots improvisés, constitués souvent de tables et d’escabeaux de bois blanc qui n’ont pas fini d’envahir les trottoirs maintenant que le gouvernement encourage l’entreprise privée. Il paraît que ces “restaurants populaires” (quan com binh dân) ... Lire la suite »

LA CUISINE DU SUD

cuisine-saigon

Au bord du Pacifique, le Vietnam s’étire sur une longueur de 1.700 km, soit une différence de latitude égale à celle d’Oslo-Madrid. C’est dire que les différences de climat, de flore et de faune, sans parler des différences historiques et ethniques, soient assez grandes entre les extrémités du pays pour expliquer sa nourriture diversifiée. On divise en général la cuisine ... Lire la suite »

AIMEZ-VOUS LES CHOSES CROQUANTES ?

Si vous aimez les choses croquantes, je vous inviterai à prendre un morceau de « keo siu Triu Châu”, bonbon qui fait la réputation de Nam Dinh depuis un siècle et demi. Il se présente sous un aspect rustique, assez vulgaire même avec son enveloppe de farine de riz gluant parfumé des champs de Quân Lieu qui le protège contre l’humidité ... Lire la suite »

‘’PAIN OCCIDENTAL” ET “GÂTEAU CORNE DE BEOUF’’

Le pain français a fait une conquête pacifique du Vietnam. Introduit dans quelques grands centres urbains, presque ignoré dans les campagnes au début du siècle dernier, il est maintenant présent dans les coins les plus reculés du pays. Le colonialisme passe, le pain demeure. La mutation linguistique à ce sujet est symbolique. Rappelons que depuis la Révolution d’Août 1945 qui ... Lire la suite »

VIANDE DE CHIEN ET MONDIALISATION

La mondialisation, partie de l’économie, a fini par envahir tous les domaines, et en premier lieu la culture. La culture englobe entre autres le sport et la cuisine. De là, la corrélation entre la viande de chien et la mondialisation. Voici ce qui s’est passé. Sans cette diable de World Cup 2002, tous les peuples qui consomment la viande canine ... Lire la suite »

VIANDE DE CHIEN ET CULTURES

Il semble qu’au Vietnam la viande de chien soit un sujet tabou, à ne pas aborder dans la presse destinée aux étrangers et dans les conversations avec eux. J’avoue que je me sens toujours gêné quand je passe avec un ami étranger devant la devanture d’une gargote où sont exposés quelques cuisses ou arrière-trains ornés d’une queue en vrille de ... Lire la suite »

LES FRIANDISES TRADITIONNELLES

com Hanoi

Dans l’ancien Vietnam, la popularité d’un aliment se mesurait à sa fréquence dans le trésor des locutions, proverbes et chansons populaires. A ce sujet, le bonbon (keo) est en position d’infériorité. Il semble que les adultes n’aient pas l’habitude de sucer les bonbons, réservés plutôt aux enfants. En général, les variétés de bonbons sont susceptibles de satisfaire le goût populaire ... Lire la suite »

CHAUD LES GÂTEAUSE ‘’KHÚC’’ !

gateau-khuc

Tard dans la nuit d’hiver, la petite impasse suburbaine où j’habite est transi par le crachin glacial. “Chaud les gâteaux “khüc” ! Qui veut des gâteaux “khüc” le cri traînant et mélancolique du marchand ambulant me réveille de ma douce torpeur, emmitouflé comme je suis dans ma chaude couverture de coton matelassée. J’évoque la sensation de Proust : “Je portai ... Lire la suite »